I've got butterflies in my stomach, le blog de catherine grangier

30 janvier 2018

Variations sans queues ni têtes...

Une nouvelle série de dessins "sans queue ni tête" sous forme de petit traité d’économie domestique ou comment utiliser les arts ménagers et revoir la définition de la féminité selon Freud...

sqnt2

sqnt1

sqnt3

sqnt4

 

et ça continue dans l'album d'histoires sans queue ni tête ....

 

**********

 

 

Posté par fourine à 20:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


26 janvier 2018

Projet Papier Peint

Avec Open Wall un beau projet voit le jour : une entreprise d’éditions de papiers peints à partir d'oeuvres d'artistes...

Et, en tant que fan du papier peint, je suis ravie de faire partie de la première sélection d'artistes proposée par Open Wall !!

un petit avant-goût avec une photo des premiers essais, cet été...

IMG_5829

 

alors n'hésitez plus, tapissez! tapissez! ;)))

**************

 

 

 

 

Posté par fourine à 16:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

15 janvier 2018

la mélancolie de la femme à barbe...

... Ou comment éloigner la tristesse sans ravaler ses larmes.

Tentatives non exhaustives de refaire une petite histoire des larmes à ma façon, après Alan Pauls, Jan Fabre ou Anne Vincent Buffaut….

la mélancolie de la femme à barbe, 1

la mélancolie de la femme à barbe, 2

la mélancolie de la femme à barbe, 3

la mélancolie de la femme à barbe, 4

 

                                      IMG_6603

 

********** 

 

Posté par fourine à 17:25 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

09 janvier 2018

Multiples...

À peine le temps de finir l'expo de Noël à la galerie Place à l'Art à Voiron, que ça recommence avec l'exposition Multiples

multiples

 

 

mes horloges du "petit bal du temps perdu" reviennent faire valser les heures...

IMG_6704

 

accompagnées de quelques linogravures

IMG_6707

IMG_6710

 

 

... et des travaux des 23 autres artistes!

Pour tout découvrir, rendez-vous vendredi 12 janvier à partir de 18h30....

***********

 

Posté par fourine à 16:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

30 décembre 2017

bedtime stories .... et bonne année!

Il y a les lits de roses et les lits-cages, il y a le lit de la rivière et le lit de pierres, il y a le lit de Procuste et les lits des contes, il y a le lit de verdure, le lit de ténèbres, le lit clos, et puis il y a le lit de marguerites pour rimer avec 2018...

IMG_6651

IMG_6648

IMG_6650

IMG_6636

IMG_6637

IMG_6645

IMG_6647

IMG_6649

IMG_6646

IMG_6640

IMG_6639

IMG_6641

IMG_6653

  

Et pour finir il y a le lit de neige de Paul Celan

IMG_6654

… " Le lit de neige sous nous deux, le lit de neige.
Cristaux après cristaux,
treillagés dans les grilles à profondeur du temps, nous tombons,
nous tombons et gisons et tombons.

Et tombons :
Nous étions. Nous sommes.
Nous ne faisons qu’une chair avec la nuit.
Dans les couloirs, les couloirs."

**********

Posté par fourine à 18:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


06 décembre 2017

Expo de saison!

La galerie Place à l'Art à Voiron ouvre aujourd'hui son exposition collective de Noël à laquelle je participe...

un petit avant-goût avant le vernissage vendredi à 18h30...

IMG_6514

IMG_6484

IMG_6517

IMG_6531

 

**********

 

Posté par fourine à 10:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

29 novembre 2017

retour d'Espagne et expo de Noël

Mon voyage en Espagne s'est plutôt bien passé... pas d'assiettes cassées, pas de valise perdue! Mais quelques péripéties quand même : la date d'inauguration a subitement changé !!! et je n'étais donc plus là pour le vernissage... Rien n'est parfait...! Mais j'ai quand même pu préparer mon installation "Le Festin Nu", une série de dessins sur 17 assiettes, inspirés de la peinture de Botticelli (présente au Prado à Madrid) "scènes de la vie de Nastagio degli Onesti" ... une histoire de repas, de banquet -avec des assiettes évidemment!- mais aussi une histoire de femmes, de violence, de pouvoir...

IMG_6444

 

IMG_6438

IMG_6454

IMG_6313

IMG_6319

IMG_6339

IMG_6294

 

 

et aussi "(L)Armes", une installation composée de 100 couteaux de cuisine suspendus à des fils... qui fait écho au "Festin Nu" ....

 

Capture d’écran 2017-11-29 à 20

 

********

 

et à partir du 6 décembre, je vais participer à l'exposition de Noël de la galerie Place à l'Art, à Voiron!

courriel

 

 

avec quelques nouveautés, mon calendrier 2018 et les dessins originaux, des boules ex-votos pour faire ses voeux mais aussi des choses moins récentes qui ressortent de l'ombre pour briller à Noël ! 

Vernissage le 8 décembre à partir de 18h30...

***********

 

09 novembre 2017

l'art en valise ...

...ou l'angoisse des expos internationales!

Je prépare mon départ à Oviedo en Espagne, pour participer à l’exposition « San Claudio. In Memoriam. 1901-2009. Una refexión artística en torno al patrimonio industrial » qui commence le 16 novembre au Musée Archéologique des Asturies…

… et j’angoisse…

IMG_6241

 

J’angoisse que les assiettes se cassent, que ma valise se perde, que mes bagages soient trop lourds,

j’angoisse que tout arrive en mille morceaux ou n’arrive pas du tout!

j’angoisse que mon installation de 100 couteaux reste coincée à la douane, que je n’arrive pas à faire rentrer les affaires dans la caisse, que je n’arrive pas à porter tous les bagages entre les différents trains et avions, que ce soit trop lourd,

j’angoisse de ne plus savoir parler espagnol,

j’angoisse de rater le train, de rater l’avion, de rater mes dessins à faire en arrivant, de n’avoir pas le temps, de n'avoir pas l'inspiration,

j’angoisse que ce soit moche, mal fait, pas abouti, de ne pas avoir prévu les bons stylos, de ne pas avoir pris les bonnes décisions,

j'angoisse de savoir si j'arriverai quand même à caser un vêtement de rechange et quelques culottes entre les oeuvres,

j'angoisse d'oublier des affaires, de mal faire, de ne pas faire...

IMG_6232

J’angoisse...

Vivement lundi, que je parte et que j’arrête de penser à tout ce qui pourrait arriver…

 

***********

Posté par fourine à 16:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

04 novembre 2017

et comment résister au plaisir...

... de partager le bel article de Jean-Louis Roux dans Les Affiches sur mon expo.

LesAffiches

24 octobre 2017

"à présent je m'allonge pour rêver du Printemps" ...

ça y est, l'exposition à Alter-Art à Grenoble a commencé! Et elle dure jusqu'au 12 novembre...

voilà le beau texte écrit par Janine Desmazières et quelques photos:

 

how the(myself’s own self who’s)child will dance ![1]

e.e. cummings  73 poèmes

 

Le petit théâtre rouge de Catherine Grangier

 

Il est rouge, le théâtre de Catherine. On s’y installe dans un lit d’enfant à la peinture argentée, sur un matelas de fleurs-tampons ; et on y attend le  printemps, au rythme des 48 horloges qui font tourner des pantoufles (de vair ?) et des (rouges) baisers. Espace-temps d’une ronde ou d’un câlin du soir, pulsations de la mémoire.

 

Il se déploie au vent d’élégantes tarlatanes imprimées de gants rouges, en référence aux gantiers du quartier Saint-Laurent.

 

Il se suspend dans la série de dessins où deux doigts pincent délicatement fils, rideaux, nuages… . Main-marionnette et main-marionnettiste, sujet et objet de son œuvre. Photographie de la main de l’artiste qui nous offre un peu d’elle-même. (Mais on reconnait aussi le geste de Juliette d’Estrées, duchesse du Villars,  qui pince le sein de sa charmante sœur Gabrielle dans le plus célèbre des tableaux de dames au bain…)

 

Il s’installe dans ses linogravures, fragments de corps, fille qui rêve dans un décor de fleurs ou de lignes dansantes façon tapisserie. On pense à Félix Vallotton évidemment : « La douce ligne courbe, la fantaisiste et sinueuse ligne courbe.. ».

 

Il envahit enfin une vidéo où l’artiste se maquille les lèvres et embrasse l’objectif qui peu à peu se tache de rouge, comme un champ de coquelicot à la Van Gogh. Et peut-être pourra-t-on admirer  la Robe Coquelicot (est-ce que vous vous souvenez vous aussi d’avoir transformé sa corolle en petite dame qui valse ?).

 

Qu’elle « brode des incendies » ou « s’allonge pour rêver du printemps », Catherine Grangier ré-enchante  le présent. Chaque œuvre se construit par un lent processus de métamorphose : l’élément du quotidien (fleur, chaussure, gant, tampon hygiénique…) entre en poésie. C’est alors que le plus modeste, le plus intime, devient émoi en partage.

 

Une installation en hommage au printemps de la vie, petit théâtre où tisser nos rêves en mêlant les fils du temps aux fleurs du désir, avant que l’Inévitable Parque ( tic-tac, tic-tac) ne les coupe.

 

 



[1] « comme l’(être de moi qui est)enfant dansera » traduction Thierry Gyllyboeuf

 

IMG_6150

IMG_6129

IMG_6116

IMG_6122

 

IMG_6153

IMG_6168

IMG_6159

IMG_6124

IMG_6165

 

 

**************